Navigation
Communauté

Pyrenean Shows
Pyrenean Data base
479 Bands
755 albums
32 Structures
170 Membres
384 news
Espace Membres
Créer un compte
Mot de passe oublié ?
Groupe aléatoire



 
Chercher un groupe pyrénéen


A
B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9 TOUS

Par nom : Par genre :


CHRONIQUE(s)
ACCUEIL > Trashnasty > In Livid Duality





Par vargasvard (le 22/01/2007 19:01:22)

Enregistré en 2002, cette démo des albigeois de TRASHNASTY est une très bonne surprise. Leur Death Metal « Old School », qui rappelle les premiers travaux de MORGOTH, SINISTER voire de CANNIBAL CORPSE s’avère d’une efficacité redoutable. Alors il est vrai que l’ensemble n’est pas d’une très grande originalité mais le quatuor possède un potentiel vraiment intéressant (mention spéciale à Yann, dont le chant n’a rien à envier à un Chris BARNES ou à un Glenn BENTON). La production est moyenne mais tout à fait correcte pour une démo, ce qui permet d’apprécier les morceaux aux tempos souvent rapides qui nous laissent imaginer la tuerie que cela doit être sur scène !
Bref, voici près de 20 minutes de boucherie Death Metal composé par un groupe bien de chez nous. Un disque intéressant, pas transcendant mais intéressant.


Par Alexandre (le 20/05/2012 22:05:42)

Après avoir chroniqué The Will of the Dead (2011), il y a peu, je vais me pencher (en prenant garde de ne pas tomber) un peu en arrière, afin de retourner en 2003, année de sortie de ce MCD, In Livid Duality (cinq titres pour presque vingt minutes), enregistré en deux jours (en septembre 2002) par Trashnasty (Death Metal), à Albi. Je vais commencer par ce qui ne me plaît pas : Cette manière de faire couiner, par moment, la guitare; c'est un truc qui ne m'a jamais botté & ça n'a pas changé à l'écoute de ce disque. Ce détail posé, j'écoute le reste de la défonce avec grand plaisir : cette autoproduction mixant deux époques du groupe (la première & ancienne, représentée par Disclosed by Fire & Visceral Extraction, soit les plages deux & quatre; la seconde & nouvelle - pour 2002 - incarnée par Exhausting Plague, Crows of Good Omen & Icon of Defeat), parfaitement entremêllées dans la tracklist finale. Et vous savez quoi : ça a de la gueule; de méchantes burnas placées là où il faut (là où ça fait du mal ou du bien, c'est selon...) & qui font apprécier l'ensemble, balancé par les quatre porteurs de Mort. De bons vocaux rocailleux, une tambourineuse qui... tam(bourine), une guitare qui découpe des tranches de steak & une basse qui joue hautement & lourdement son requiem. C'est brut, sombre, pesant & d'une rapidité tapant, par moment, une touche déjantée fort appréciable.



Artwork by Maniak - PHP by Darquos - Logos Design by Blackshark - Hébergement : phpnet.org